webleads-tracker

Les différentes étapes du processus d’innovation produit

  • 0
  • 9 mars 2020
Processus d'innovation produit

Le monde industriel a parfois tendance à réduire le champ de leurs innovations aux nouveaux produits tirés par le marché et par la demande des consommateurs. Cette approche « Market Pull » masque un potentiel d’innovation bien plus grand que ces entreprises peuvent mettre à profit.​ Qu’on parle innovation de rupture ou innovation incrémentale, dans tous les cas il est essentiel d’avoir une idée claire de chaque étape du processus d’innovation. Sans vision précise du retour sur Investissement des innovations, difficile de choisir la « bonne innovation » !

 

1 – Détection d’opportunités et génération des idées :

La première étape dans l’innovation commence par la détection des opportunités qui existent sur le marché et par la génération de nouvelles idées pour répondre aux demandes des consommateurs. Pour cela, il faut prendre en compte de nombreux facteurs dont, entre autres :

#1 – L’importance du marketing digital : intégrer le consommateur à son entreprise​

Désormais, les groupes veulent intégrer plus globalement le digital dans leur démarche. Au cœur du processus d’innovation, le comportement des consommateurs a évolué ces dernières années sous l’influence des nouvelles technologies. Grâce au numérique, ce dernier laisse des données partout concernant ses habitudes de consommation. Que ce soit sur les forums, les réseaux sociaux, les sites e-commerce ou les magasins éphémères. Récolter ces informations et ces retours d’expériences et les consolider créent une vraie plus-value dans les processus d’innovation. ​

#2 – Outils de génération des idées​

Il existe sur le marché des outils et des méthodes d’aide à la créativité qui assistent les entreprises dans la génération de nouvelles idées (exemple: Brainstorming, analyse du cycle d’expérience client, analyse d’usage, analyse fonctionnelle …). L’objectif est de sortir des circuits de réflexion traditionnels pour créer des innovations de rupture.​
Cette génération d’idées peut-être utilisée pour répondre à une demande du marché, se positionner sur une nouvelle niche, résoudre un problème par une solution originale, en valorisant les innovations de rupture.​

#3 – Capitaliser sur sa propre base client​

Les outils de gestion de l’information et de la relation clients (CRM) permettent d’analyser les données des clients afin de mieux comprendre leurs besoins et les habitudes de consommation. L’objectif est de transformer le niveau d’exigence croissant des clients en un atout pour se démarquer. Le maître mot : capitaliser les besoins consommateur pour s’ouvrir à de nouveaux marchés et fidéliser les clients actuels.​

 

2 – Conceptualisation de la future innovation :​

#1 – Elaboration d’un brief marketing structuré​

Le brief marketing est une analyse fonctionnelle des demandes et des exigences et non plus un simple document. Il est destiné à spécifier la forme précise du produit, les dimensions et les tolérances, à déterminer les matériaux, définir le packaging et à étudier les méthodes de fabrication pour chaque composant du produit. Il est alimenté par le système d’information et les données externes (CRM, Réseaux sociaux, …). La granularité de gestion doit se positionner au niveau des caractéristiques et des données et non au niveau du document.

#2 – Le brief de gamme​

Le brief de gamme est une analyse fonctionnelle des différents composants d’une gamme de produit. Les bonnes pratiques doivent permettre de descendre les exigences en « cascade » sans effort depuis un modèle de gamme (exemple: le pigment d’un rouge à lèvre change, il vous suffira juste de changer le coloris), mais également d’initier les nouveaux briefs à partir des données des anciens briefs de gamme.​

 

#3 – Définition et gestion des exigences​

La définition des exigences est le processus qui permet de transformer les demandes clients et toutes les idées en exigences précises et traçables. Cela consiste également à établir le cadre de collaboration et déterminer toutes les parties prenantes qui interviendront sur les exigences durant le projet.​

Durant cette phase, les exigences sont transformées en caractéristiques spécifiques ou en spécifications d’un produit avant son développement.

3 – Organiser « la machine » à innover :

Avoir des idées et les conceptualiser est important, mais pouvoir les analyser et évaluer la valeur des projets de vos innovations au plus tôt est critique pour le ROI.

​#1 – Le Scorecarding des idées​

Le système de scorecarding permet de positionner les idées les unes par rapport aux autres (risques pouvant conduire à un échec, consommation de ressources internes, ROI, …)

#2 – NPD des idées : analyser les coûts projets

La valeur d’une innovation peut être mesurée sur la base de 5 facteurs :​

  • Le risque​
  • L’opportunité​
  • La priorisation stratégique​
  • L’investissement​
  • Le coût​

Ce sont ces facteurs qui définissent la priorisation des projets.

 

#3 – La maîtrise du calendrier de lancement : la prime au premier arrivé​

La maîtrise du planning de lancement de l’innovation est un facteur primordial dans le processus d’innovation. Dans de nombreux cas, la date de mise sur le marché est une exigence à prendre en compte dès le début du projet.​

  • Plus tôt le produit est sur le marché et plus les consommateurs percevront le produit comme une référence​
  • De nombreux produits dépendent de la périodicité du marché (Noël, Pâques…)​

​Une vision précise de l’ensemble des actions et des interdépendances dès la conception permet de se projeter jusqu’à la mise sur le marché et de maitriser son calendrier de lancement.

4 – ​Prototypage de l’innovation :

​#1 – La génération des variantes produits possibles​

Il faut que l’entreprise ait la capacité de prototyper l’idée avec un grand nombre de variantes et le plus rapidement possible. Le prototypage va permettre à l’entreprise d’estimer la globalité des coûts (coûts packaging, coûts des matières premières, …) mais également :​

  • D’évaluer si la variante répond aux attentes du marche et si elle est adaptée en terme de coût
  • Apprendre des mauvaises variantes pour limiter les risques​

 

​#2 – Analyser la valeur et les coûts​

Il s’agit de définir les caractéristiques produit et leur interaction entre les aspects, les formules, les textures et les bénéfices pour le client et pour répondre à la question suivante : « Quelle est la valeur que le client va percevoir de mon produit par rapport à ce que celui-ci va me coûter ? »​
C’est grâce à la formulation et l’interaction avec l’ERP que l’entreprise va pouvoir analyser la valeur de ses variantes en partant du coût des matières premières présentes dans l’outil de formulation.​

 

 

Ensuite vient l’industrialisation de la mise en marché et tout ce qui va avec : relation fournisseurs et partenaires, gestion des contrats, packaging, promotion, commercialisation… qui bien sûr ont été anticipés tout au long du cycle de développement du nouveau produit !

 

 

 

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !