webleads-tracker

Product Lifecycle Management

Cycle de vie : le marché des machines industrielles d’occasion

  • 1
  • 29 mars 2016
machine industrielle d'occasion

Quand on réfléchit au marché d’occasion et au dynamisme que lui a apporté Internet, on pense en premier lieu au CtoC et BtoC. Mais il touche le BtoB bien plus qu’on l’imagine avec par exemple tous les équipements et machines industriels. C’est donc un élément à prendre en compte quand on s’intéresse au cycle de vie et au PLM !

En effet, le marché des machines industrielles d’occasion devient de plus en plus important. Il pèserait 180 milliards d’euros par an et compte plus de 50.000 revendeurs à travers le monde.  Les machines changent ainsi plus souvent de propriétaires qu’on peut le penser. La gestion du cycle de vie et la traçabilité de la machine sont donc devenus primordiales, pour la conception, la production et la maintenance mais aussi pour une éventuelle revente.

Tout comme dans les autres secteurs de l’occasion, Internet transforme le développement du marché des machines d’occasion : réduction des coûts, des intermédiaires, gain de temps… Des réglementations et normes pour sécuriser les transferts existent comme le marquage CE (depuis 1993) qui est l’indicateur principal de la conformité d’une machine industrielle aux législations de l’UE et permet sa libre circulation au sein du marché européen, le système d’assurance qualité de la machine ou le certificat de conformité.

 Quel est le processus d’achat d’une machine d’occasion?

Définir le cahier des charges de la machine souhaitée

Il est tout d’abord important de déterminer le type de machine et de connaître très précisément ses caractéristiques techniques. Il est primordial de savoir pour combien de temps votre machine va être utilisée, afin d’anticiper au mieux son cycle de vie, voire une future revente.

Organiser les recherches via différents canaux (internet, réseau, revendeurs locaux)

Il existe plusieurs canaux et méthodes d’achat pour les machines d’occasion. Comme je le disais, Internet présente l’avantage de réduire les coûts, défaire  gagner du temps et de supprimer certains intermédiaires, même s’il faut faire attention à la conformité et à la qualité du prestataire. Il peut être intéressant d’utiliser un réseau ou des revendeurs locaux pour une certaine proximité géographique. Des sites Internet comme Exapro mettent aussi directement en contact acheteurs et vendeurs.

Sélection du fournisseur et arrêt des conditions de la vente

Il faut ensuite se mettre d’accord sur les conditions de vente ainsi que sur la législation selon la zone géographique. Il est important de ne pas négliger les réglementations européennes avec notamment le marquage CE et le système d’assurance de la machine.  Si vous achetez via un site Internet, il est bien sûr conseillé, si possible, de se déplacer afin de constater l’état de la machine.

Préparation logistique pour l’arrivée de la machine

Une fois votre machine achetée, il faut préparer son arrivée. Disposer de toutes les données sur la machine (documentation, traçabilité, modifications…) est essentiel pour assurer son exploitation et répondre aux audits potentiels. Vous pouvez préparer un plan d’implantation afin d’avoir une vision globale de l’espace disponible.

Réception et mise en production

Une fois votre lieu de travail aménagé, il est important de vérifier que toutes les normes de sécurité sont respectées. Testez la machine sur un petit échantillon (jamais sur une production complète). Il est important de transmettre les règles de sécurité (ce qui sous-entend de les avoir récupérées), non seulement au personnel concerné par la machine, mais également au reste des équipes sur le lieu de travail, afin de savoir comment réagir en cas d’incident.

Programmation des opérations de maintenance

La programmation des opérations de maintenance est basée sur l’entretien passé de la machine. Il faut donc récupérer ces informations auprès du revendeur pour permettre une maintenance optimale de la machine.

Sortie de la machine : retour sur le marché de l’occasion ou ferraillage

Gérer correctement le cycle de vie de votre machine et l’ensemble des informations liées est critique pour pouvoir la revendre de manière optimale. Encore une fois, anticipez la vente : préparez votre machine, vérifiez les normes de sécurité et rassemblez les documents nécessaires à la vente.

Tout comme le transfert entre le concepteur de la machine et son acheteur, l’achat d’une machine d’occasion nécessite une traçabilité optimale de l’ensemble des informations liées à la machine (documentation, modifications, audits, normes, contraintes…). Plus le nombre de participants dans le cycle de vie machine croît, plus l’importance du PLM augmente pour assurer la continuité des données à chaque étape : traçabilité, traçabilité et traçabilité !

Pour quelques exemples concrets, vous pouvez visiter le site d’Exapro : http://www.exapro.fr/ une place de marché industrielle B2B pour l’achat et la vente de machines et équipements d’occasion.

Un commentaire

  • CORVEZ dit :

    Bonjour et merci pour votre article. Les machines de production industrielles ont, à mon sens, plus de deux vie (neuf et occasion). Mais il est vrai que le marché de l’occasion est considérable, pour les machines en elle-même ou pour des pièces détachées qui peuvent être reconditionnées. Dans ce cadre j’ai d’ailleurs déjà entendu le nom d’Exapro que vous citez dans l’article. Pour ma part, je suis professionnel dans le secteur de la maintenance des machines outils et nous pouvons leur donner une troisième vie en assurant l’amélioration ou l’optimisation des machines en places.

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !