webleads-tracker

Product Lifecycle Management

Eviter les échecs d’adoption des logiciels

  • 0
  • 15 février 2016
Adoption projet logiciel

Choisir la bonne solution, ce n’est pas que choisir la solution qui dispose du périmètre fonctionnel et technologique le plus développé. L’implémentation de la « bonne solution » suppose beaucoup plus que le simple choix du logiciel et son installation ! Une sélection et un déploiement réussis, c’est avant tout une installation logicielle qui :

  • Correspond aux attentes fonctionnelles et aux objectifs du projet
  • Est acceptée par les utilisateurs
  • S’intègre dans l’organisation et dans le système informatique
  • Est livrée, déployée et utilisée dans les temps et les budgets prévus

Si on souhaite (et c’est ce que nous voulons tous…) éviter l’échec du déploiement et de l’adoption de solutions informatiques, et plus particulièrement dans notre cas de solutions de gestion de données techniques, il faut analyser les besoins fonctionnels mais aussi les usages métiers et les objectifs qui motivent la décision d’implémentation du système. C’est-à-dire de manière concrète, comment les utilisateurs vont se servir de la solution pour répondre aux objectifs du projet. Sur ce point, il y a une différence majeure entre les GED généralistes et les logiciels de gestion de données techniques adaptés pour un secteur ou un métier donné. Le gap fonctionnel n’est parfois pas énorme mais l’utilisation de la solution et la réponse de l’outil aux usages métiers n’est pas du tout le même.

Bien sûr, la formation et l’accompagnement au changement sont essentiels pour que la solution soit acceptée par les utilisateurs. Avant tout pour qu’un logiciel soit rentable il faut qu’il soit utilisé…
Ensuite il faut que la solution continue d’évoluer pour répondre aux nouvelles contraintes du secteur et aux nouveaux besoins des utilisateurs pour ne pas « décrocher ». Sans compter la réactivité dans la prise en charge des problèmes techniques qui peuvent survenir et qui nécessite donc un service support efficace et qui connait le métier du client et ses objectifs.

Le maître mot dans tout cela c’est de bien comprendre les besoins et les usages métiers des utilisateurs et les accompagner sans se focaliser sur la partie technologie.

Une application fonctionnellement aboutie est importante mais encore faut-il que les fonctions répondent bien aux besoins du secteur et aux usages du métier! La composante « connaissance du métier » chez l’éditeur et/ou l’intégrateur est donc un élément essentiel pour que l’application soit utilisée… et rentable. C’est pour cela que les projets qui réussissent sont ceux où l’éditeur est aussi capable de se positionner comme conseil aux méthodes et à l’organisation à mettre en place. C’est à dire un interlocuteur capable d’échanger à la fois avec les DSI et les directions métiers !

Un commentaire

Laissez un commentaire

Vous avez un projet ?

Pour répondre à vos questions, échanger avec nos équipes, en savoir plus sur nos solutions ou organiser une présentation : contactez-nous en un clic !